Mieux comprendre Bob Marley

Damian Marley : « Guadeloupe I bless you! »

Damian Marley, en phase avec son public, terminera son show par un «Guadeloupe I bless you!» qui achèvera de conquérir le public.

Samedi soir, c’est sur un site plein à craquer que s’est produit Damian Marley, le fils de Bob, qui a prouvé de belle manière qu’il n’a pas grand chose à envier à son père

 

Samedi soir, c’est sur un site plein à craquer que s’est produit Damian Marley, le fils de Bob, qui a prouvé de belle manière qu’il n’a pas grand chose à envier à son père. Énergique et fusionnel avec son public, l’artiste jamaïcain a interprété la plupart de ses titres phares, de Welcome to Jamrock à Road to Zion.

 

Concentré, Damian Marley, avant de grimper les marches le menant sur scène pour entamer un show qui se terminera vers 1 h 30. –

Il a également repris trois tubes de son père pour séduire un peu plus un public qui lui était déjà acquis. Il terminera son concert vêtu du maillot blanc des Gwada boys.

La foule a un peu attendu le chanteur jamaïcain, qui a commencé son show avec près d’une heure de retard. –

Plus tôt dans la soirée, tandis que la pelouse de l’habitation Murat se noircissait progressivement, Tony Chasseur et son Mizikopeyi Big band ont reçu l’approbation du public, eux qui présentaient leur projet de Jazz créole créé pour le festival. Très émouvant, ce qui n’a pas empêché de faire se remuer la foule, le Sénégalais Omar Pene et son Super Diamond de Dakar ont apporté une touche mystique à cette soirée éclectique. Aujourd’hui, Kassav, Chic, et Raul Paz sont attendus avec impatience par des milliers de festivaliers.

 

Tony Chasseur et son Mizikopeyi Big band ont chauffé le public avec un jazz créole énivrant. –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *